top of page

Réinventez sa carrière sans (trop) impacter ses finances.


Vous vous êtes décidé à vous lancer dans une reconversion, vous avez défini un projet professionnel qui semble tenir la route, il faut désormais passer à l’action ! Dans la majorité des cas, une reconversion va nécessiter une formation, de quelques mois à quelques années, tout dépend de votre objectif.



Financer sa reconversion professionnelle implique d’une part, de devoir assurer ses revenus durant cette période de transition, tout simplement pour payer ses factures, crédits, loyers et vivre correctement et d’autre part, financer une formation souvent (très) coûteuse. Je vous partage ici des éléments de réponses qui pourront (je l'espère) vous aider à concrétiser votre objectif de reconversion professionnelle. I. Assurer ses revenus durant sa transition professionnelle

Avant de penser à se former, il faut d’abord penser à la manière dont vous allez assurer vos revenus durant cette période de transition.


Les possibilités qui s’offrent à vous :


1. Vous conservez votre emploi (et donc vos revenus) et optez pour une formation en parallèle hors temps de travail.

Vous former en cours du soir et/ou week-end, hors temps de travail et garder votre job en parallèle, c'est tout à fait possible. Cela demande une certaine organisation, beaucoup de persévérance et de motivation car il va falloir consacrer une partie de votre temps libre et de vos vacances à étudier. C’est difficile mais pas insurmontable (croyez en mon expérience). Lorsqu’on est motivé par son projet et qu’il est mûrement réfléchi, on conçoit les choses différemment. On ne voit pas la difficulté de la même manière et lorsqu'on atteint son objectif, on est d'autant plus fier. Il faut évidemment que le métier visé soit compatible avec des cours du soir.

2. Vous optez pour un projet de transition professionnelle Le projet de transition professionnelle (PTP), kézako ??? C’est un (formidable) dispositif qui vous permet de partir en formation tout en conservant votre poste et donc votre salaire. vous absenter de votre poste de travail pour suivre une formation afin d’acquérir de nouvelles compétences, dans le but de changer de métier. L’avantage de ce dispositif est double car vous conservez votre salaire (du moins une grosse partie), calculé en fonction de votre salaire moyen de référence (calculé sur les 12 mois précédant la formation) et vous vous formez à un nouveau métier. Ce dispositif nécessite d'être préparé en amont avec un Conseiller en évolution professionnelle et demande de respecter certains critères, notamment de justifier d'une ancienneté de 24 mois minimum en tant que salarié (dont 12 mois dans son entreprise actuelle). Il faut ensuite demander une autorisation d'absence à votre employeur au minimum 60 jours avant le démarrage de la formation (ou 120 jours pour une formation d'une durée supérieure à 6 mois). Il n'est accessible qu'au salarié de droit privé.

Votre dossier passe ensuite en commission pour valider ou non votre projet.


En savoir plus sur le projet de transition professionnelle


3. Vous quittez votre job et assurez vos revenus grâce à l’allocation chômage

Si c’est votre objectif, la première possibilité qui vous vient en tête est peut-être de demander une rupture conventionnelle à votre employeur. Attention tout de même car celle-ci n’est pas un dû. Qu’on se le dise, ça n’arrange pas votre employeur que vous souhaitiez partir, il va devoir recruter et former pour vous remplacer. Vous êtes peut-être l’employé.e modèle, vous vous êtes toujours donné à fond pour votre entreprise, et vous vous dites "qu'après tant d’années de bons et loyaux services, on vous doit bien ça…”, mais non ! Rappelons qu'une rupture conventionnelle reste un accord entre deux parties. Elle mérite tout de même d'être demandée et négociée mais la réponse ne sera pas nécessairement favorable de la part de votre employeur.


Si elle est acceptée, dans ce cas, il suffit de vous mettre d’accord sur une date de départ et de planifier la suite de votre parcours, l'inscription à Pôle Emploi, puis la formation.


Dans le cas où la rupture ne serait pas acceptée, vous avez toutefois la possibilité de solliciter le dispositif démission reconversion. Il n'est accessible qu'aux salariés de droit privé.

Ce dispositif vous permet de démissionner de votre entreprise actuelle et prétendre à des allocations chômage. Dans le même esprit que le projet de transition professionnelle, il faut préparer un dossier avec un conseiller en évolution professionnelle qui passera ensuite en commission pour valider ou non la pertinence de votre projet.

Vous devez justifier d'une activité professionnelle de 5 ans au cours des 60 derniers mois (sans interruption pour congé sans solde, congé sabbatique...).


En savoir plus sur le dispositif démission reconversion


4. Vous quittez votre job et partez en alternance


On pense souvent à tort que l'alternance est réservée aux jeunes, mais non. Vous êtes éligibles au contrat d'apprentissage ou contrat de professionnalisation (en fonction de votre âge et de votre situation). L'alternance vous permet donc d'assurer vos revenus pendant toute la durée de votre formation. La rémunération est égale à un SMIC à partir du moment où vous avez plus de 26 ans.



II. Financer sa formation professionnelle


Vous savez désormais comment assurer vos revenus durant votre période de transition professionnelle, vous devez désormais vous pencher sur le financement de votre formation qui vous permettra de concrétiser votre nouveau départ professionnel.


Les possibilités qui s'offrent à vous :


1. Le compte personnel de formation (CPF)


Vue la popularité du dispositif, c'est peut-être le premier réflexe qui vous vient en tête pour le financement de votre formation.

Même si on ne compte plus le nombre d'arnaques signalées via ce dispositif, il reste le plus accessible et facile à mettre en œuvre pour se former, d'autant que l'Etat a sécurisé son accès en mettant en place un système de double authentification grâce à l'identité numérique.


Chaque année, votre CPF est alimenté à hauteur de 500 EUR (que vous soyez salarié ou indépendant) et plafonné à 5000 EUR. Pour les salariés les moins qualifiés (qui n'ont pas atteint un diplôme de niveau 3 (CAP, BEP), ce montant est revalorisé à 800 EUR et plafonné à 8000 EUR.


Si vous n'avez jamais utilisé votre CPF et que vous travaillez depuis quelques années déjà, vous disposez très certainement d'une somme confortable pour vous former.


Si le montant de la formation envisagée est supérieur au montant disponible sur votre CPF, vous avez la possibilité de demander un financement complémentaire auprès de votre Pôle Emploi et à votre employeur (peu probable qu'il accepte dans le cadre d'une reconversion et d'un départ de l'entreprise, mais il me paraît toutefois utile de le mentionner).


Tout savoir sur le Compte Personnel Formation


Bon à savoir : toutes les formations ne sont pas éligibles au CPF.


2. Le projet de transition professionnelle


En plus de la prise en charge de votre rémunération, le dispositif assure la prise en charge de tout ou partie des dépenses liées aux coûts pédagogiques durant la période de formation. Le montant de la prise en charge varie en fonction de votre rémunération.

Les frais annexes à votre formation peuvent dans certains cas être pris en charge également.

En savoir plus la prise en charge Projet de transition professionnelle


3. L'aide individuelle à la formation (AIF)


Il s'agit d'une aide financière qui peut être accordée lorsqu'une formation ne peut être financée entièrement ou partiellement par d'autres financeurs. Elle est proposée par Pôle Emploi dans le cadre de votre Projet Personnalisé d'Accès à l'Emploi (PPAE). Cela nécessite d'être inscrit en tant que demandeur d'emploi et d'avoir validé le projet de formation en amont avec votre conseiller.


4. L'alternance


Comme cité dans la partie 1 de l'article, l'alternance permet de financer votre formation en plus d'assurer vos revenus durant cette période de transition. C'est l'employeur qui assure le financement de votre formation.


Il existe d'autres types de financements possibles de formation professionnelle, comme le FNE-FORMATION, le dispositif TRANS-CO, mais ces dispositifs visent plutôt à favoriser la reconversion des salariés dont le poste actuel est menacé. J'espère que cet article aura pu vous apporter les informations nécessaires pour passer à l'action.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vous avez aimé cet article, dites le moi, vous ne l’avez pas aimé, dites le moi aussi (mais en toute bienveillance, s’il vous plaît). Il y a des sujets en particulier que vous aimeriez que j’aborde sur l’orientation professionnelle, n’hésitez pas à m’en faire part.


Si vous ne me connaissez pas encore, je suis Justine Macé, spécialiste de l’orientation professionnelle. Je me suis donnée pour mission de :



Commentaires


bottom of page